Création d'entreprise

Comment ouvrir un bar ?

Donner son avis

Ouvrir et gérer son propre bar est un rêve pour de nombreuses personnes passionnées par les boissons et l’industrie de la restauration. Toutefois, avant de se lancer dans l’aventure, il faudra bien se préparer et comprendre les étapes nécessaires liées à l’ouverture d’un tel établissement. Comment alors réussir à concrétiser son projet ? Quels sont les démarches administratives, les réglementations et les aspects financiers à prendre en compte ? Éléments de réponses !

Quel statut pour ouvrir un bar ?

La première étape pour ouvrir un bar est de choisir une forme juridique pour votre entreprise. En France, les options les plus courantes sont :

  • la SARL (Société à Responsabilité Limitée),
  • la SAS (Société par Actions Simplifiée),
  • l’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée),
  • l’entreprise individuelle.

Chaque statut juridique présente des avantages et des inconvénients spécifiques en termes de responsabilité, de fiscalité et de gestion. Le choix final dépendra de plusieurs facteurs tels que le nombre d’associés, le montant du capital de la société et vos objectifs personnels. En cas de difficulté, n’hésitez pas à demander conseil auprès d’un expert afin de prendre la meilleure décision pour votre projet.

Quels diplômes pour ouvrir un bar ?

Il n’est pas nécessaire d’avoir un diplôme spécifique pour ouvrir un bar. Cependant, le propriétaire de l’établissement doit détenir un permis d’exploitation, délivrée par un organisme accrédité. Il s’agit d’une formation obligatoire de 20 heures qui permet d’acquérir les connaissances nécessaires à la gestion d’un débit de boissons alcoolisées. À la fin de ce programme, vous recevrez un certificat qui atteste de votre capacité à gérer un bar. Il est valable pendant 10 ans et doit être renouvelé à l’issue de cette période. Par ailleurs, si vous voulez vendre de l’alcool durant la nuit, vous devrez obtenir un permis supplémentaire.

Quelles sont les réglementations pour ouvrir un bar ?

La réglementation concernant la mise en place d’un bar est assez complexe et varie en fonction de la localisation de l’établissement. Voici quelques points clés à considérer.

Licence de débit de boissons

La licence III est valable pour la vente de boisson fermentée non distillée. Cela inclut la bière, le cidre, le poiré, le café, l’hydromel, du cocktail à base de vin ou des jus de fruits. Par contre, la licence IV est une autorisation de vente de toutes les catégories de boissons alcoolisées, y compris les alcools distillés.

Normes de sécurité et d’hygiène

Le respect des normes sanitaires est crucial pour les bars. Il comprend l’aménagement approprié des locaux, la mise en place de mesures de sécurité incendie et la gestion correcte du stockage des aliments. Par ailleurs, si l’établissement envisage de proposer des aliments, il faudrait qu’au moins un membre du personnel ait reçu une formation en hygiène. De plus, le propriétaire des lieux doit obligatoirement souscrire une assurance pour couvrir les risques liés à son activité.

Réglementation du bruit

La diffusion de musique dans un bar implique des coûts. Ces tarifs varient en fonction de l’emplacement, des jours d’ouverture et de l’ambiance musicale souhaitée. Pour vous aider à y voir plus clair, la SACEM a élaboré un document exposant toutes les conditions liées aux droits de diffusion. Vous pouvez le consulter sur leur site web.

Quel budget pour ouvrir un bar ?

Lancer un bar est un projet qui nécessite un investissement financier conséquent. Il faut non seulement financer les formalités administratives, mais aussi les travaux et aménagements nécessaires pour donner vie à votre concept. Néanmoins, vous devez disposer d’une réserve financière entre 150 000 et 250 000 € afin de surmonter les premiers mois sans encombre. Si vous prévoyez faire de la pub pour le bar, il faudra également avoir un budget marketing.

Comment recruter du personnel de bar ?

Avant de commencer votre recherche, définissez clairement les besoins de votre bar. Quel type de personnel recherchez-vous ? Quelles compétences et qualifications sont essentielles pour chaque poste ? Établissez un descriptif précis de chaque poste, en définissant les tâches et responsabilités associées.
Indiquez clairement le type de contrat offert (CDI, CDD, intérim) ainsi que les conditions de travail. Une fois ces éléments en place, rédigez votre annonce et publiez-la sur des plateformes spécialisées telles que LinkedIn, Hosco et TeePy Job.

Lors de l’entretien, ne vous contentez pas d’évaluer les compétences techniques du candidat. Prenez aussi en compte sa personnalité et sa capacité à s’intégrer à l’équipe. N’oubliez pas d’aborder la question des contrats de travail et des perspectives d’évolution. Cela vous permettra d’éviter tous litiges ou contentieux dans le futur. En suivant ces étapes, vous maximisez vos chances de recruter du personnel compétent pour votre bar.