Création d'entreprise

Quel statut pour ouvrir une crèche ?

Donner son avis

La crèche est l’une des solutions de garde les plus plébiscitées en France. Depuis de nombreuses années, on assiste à un manque de places d’accueil pour les enfants en bas âge (moins de cinq ans). C’est donc une grande opportunité pour ouvrir sa crèche et proposer un service de garde de qualité. Si vous envisagez d’ouvrir une telle structure, voici une série de questions essentielles à se poser.

Pour mettre sur pied une crèche, vous aurez le choix entre différents statuts juridiques. Les professionnels recommandent de choisir une forme juridique qui permet de limiter la responsabilité des associés.

Dans un tel contexte, deux formes juridiques se distinguent. Il s’agit de la SAS (Société par Actions Simplifiée) et de la SARL (Société à Responsabilité Limitée).

La SAS procure de nombreux avantages pour les créateurs de crèches. Principalement, elle permet d’attirer des investisseurs et de limiter la responsabilité des associés aux montants de leurs contributions.

La SARL convient aux personnes qui désirent ouvrir leur crèche en nouant un partenariat avec d’autres personnes ou des investisseurs. Comme la SAS, elle permet de limiter la responsabilité des associés. Toutefois, il faut dire qu’elle est plus contraignante en termes de formalités et de gestion.

Il existe un troisième statut juridique idéal pour la création de la crèche : l’association. Il est idéal pour ceux qui souhaitent adopter une forme juridique sans but lucratif. Il permet de mobiliser des bénévoles pour soutenir le projet. Le principal inconvénient avec ce statut est qu’il peut être plus difficile à financer à long terme.

Quels diplômes pour ouvrir une crèche ?

Aucun diplôme n’est requis pour ouvrir une crèche. Cependant, la direction de cette entreprise doit être confiée à un professionnel, quelqu’un qui a de l’expérience dans le domaine de la petite enfance.

Pour diriger une crèche-garderie, il faut disposer d’un diplôme d’État de puériculture ou d’un diplôme d’État d’éducateur de jeunes enfants. Si en tant que créateur de la crèche, vous possédez l’une de ces qualifications, vous pouvez prendre la direction de la structure.

Dans le cas contraire, vous pouvez confier la responsabilité à un collaborateur et simplement vous occuper de la gestion des parties comptables, financières et administratives de la crèche.

Quelles sont les réglementations pour ouvrir une crèche ?

Pour ouvrir une crèche, il faut au préalable obtenir une autorisation du Président du Conseil général de son département. C’est ce précieux sésame qui permettra d’immatriculer la société.

Pour obtenir une autorisation auprès des autorités de tutelle, il faut déposer un dossier d’agrément au service départemental de la Protection Maternelle et Infantile. Entre autres, le rôle de cette institution sera de vérifier si votre local est en mesure d’accueillir les enfants dans de bonnes conditions selon les normes de sécurité, d’hygiène et de confort.

Le dossier à soumettre au service départemental de la PMI doit contenir les informations importantes suivantes :

  • le statut juridique
  • une étude des besoins
  • un plan détaillé des locaux
  • l’adresse exacte de la crèche.

Dans le dossier, on doit également retrouver un projet pédagogique détaillé, un descriptif du fonctionnement de la crèche, le règlement intérieur de la structure et un budget prévisionnel. Un dossier incomplet peut faire l’objet d’un refus.

La réglementation sur les structures d’accueil de petit enfant vise à assurer un environnement sûr pour les enfants, en mettant l’accent sur l’éducation et les activités de jeu. Les propriétaires de crèches doivent se montrer attentifs à la gestion des éventuels contentieux qui pourraient survenir avec les parties associées.

Pour éviter toutes sortes de litiges, il faut établir des contrats de travail conformes à la législation du travail. En tant qu’entreprise, il est aussi important de souscrire à une assurance responsabilité civile professionnelle adéquate.

Quel budget pour ouvrir une crèche ?

Plusieurs facteurs peuvent influencer le coût de création d’une telle entreprise. Il s’agit de la zone géographique et des aménagements de la structure de garde d’enfant. Bien que le budget nécessaire à l’ouverture d’une garderie ne soit pas standard, il faut prévoir entre 100 000 et 300 000 euros environ pour mettre en place ce type de structure.

Vous pouvez financer votre projet d’ouverture de la pré-maternelle avec fonds propres ou envisager de faire un prêt professionnel. Généralement, les établissements bancaires exigent dans leur contrat un apport de 20 % minimum. Vous pouvez aussi solliciter des aides et des subventions ou faire appel à des investisseurs. Dans ce dernier cas, il sera nécessaire de rédiger un business plan convaincant.